Où une non-séide reçoit l'immeeeense privilège d'accéder à la face cachée du Louvre

Aller en bas

Où une non-séide reçoit l'immeeeense privilège d'accéder à la face cachée du Louvre

Message par Sylvia Leloup le Jeu 3 Juil - 6:40

3 juillet 2022, dans une des nombreuses pièces du Louvre (en surface, pas dans la Chancellerie)

Voilà deux jours que ces élémentaux traversaient le portail qui restait encore à localiser, et depuis hier on savait aussi qu’ils mangeaient le caoutchouc, super!  J’aimais bien l’insolite, mais quand il empiétait sur la vie courante du monde entier (donc aussi des gens ne faisant pas partie de l’Organisation) c’était problématique.  Du coup c’était le branle-bas de combat général et on cherchait à localiser ce sacré portail le plus vite possible pour éviter d’essayer de tarir une rivière sans toucher à la source (et oui c’est une métaphore qui mérite un prix).  Une équipe de séides avait été dépêchée en Australie pas plus tard que ce matin et je savais que de nombreuses autres zones avaient fait de même.  Ainsi l’Oeil de chaque chancellerie pourrait avoir une équipe indépendante sur place et les recherches iraient plus vite.  De nombreuses caméras de surveillance avaient été utilisées dans le monde entier pour essayer de détecter la présence des élémentaux.  Un logiciel avait été conçu par quelques génies de l’informatique et permettait de localiser ces bestioles de manière bien plus précise, mais il n’était pas encore installé sur assez de serveurs pour être vraiment efficace et chercher partout d’après ce que j’avais compris.  Et c’est là que la raison de ma présence pas loin du fameux Milon de Crotone devenait limpide.  Non?  Rooooh, fallait suivre!

Bref, hier soir il y avait une plus ou moins réunion de crise dans une salle adjacente à l’Oeil.  Les deux créateurs de ce logiciel venaient de le présenter et il fallait trouver une solution pour le répandre plus rapidement.  Il y avait la solution du mail chaine dans lequel on glisserait ce programme (il avait été réalisé de manière à être indétectable et à ne pas prendre de place ou presque sur un disque dur), mais c’était quand même un peu aléatoire et pas très chevaleresque comme technique.  Et puis à la fin de l'enquête il fallait pouvoir supprimer ce logiciel (une fois que le portail serait localisé et les élémentaux contrôlés) et si le mail continuait à circuler ce serait mission impossible.  Nous en étions à ce point quand Blandine, une séide un peu plus jeune que moi avec qui j’avais déjà effectué une mission, lança la phrase suivante:

- Je crois me souvenir que la femme de Julien Walker vend des logiciels un peu partout dans le monde, on pourrait lui demander de refiler notre logiciel-espion à ses client en même temps?

Julien, acquiesça et renchérit:

- C’est exact, ça serait une bonne manière de répandre le logiciel et ça ne mobiliserait aucun séide.  Et avant que vous demandiez si elle est digne de confiance je puis vous assurer qu’elle ne risque pas de parler de l’Organisation à quiconque.

L’idée fit vite l’unanimité et il fut convenu que Karen recevrait des instructions détaillées ainsi qu’une brève présentation de l’Organisation et de son fonctionnement le lendemain, Numéro 7 s’en chargerait.  Bien sûr Julien serait celui qui devrait la prévenir.  Etant donné qu’il partait aux aurores pour l’Australie il ne pourrait pas guider sa femme dans les couloirs de l’Organisation et je me proposai pour le faire, étant donné que je l’avais déjà rencontrée et ça serait plus simple pour la reconnaître.  Et puis ça serait une première de guider quelqu’un un niveau plus bas que ce que je faisais d’habitude.

Voilà pourquoi je me promenais entre les statues de la salle en l’attendant, comme je venais de guider un groupe j’étais un peu en avance au lieu de rendez-vous.  Une silhouette familière apparût bientôt et je reconnus Karen Walker.  Je me dirigeai vers elle:

- Bonjour Mme Walker.

Presque immédiatement après nous nous dirigions vers l’entrée secrète de la Chancellerie du Louvre.

HRP:
Voilà, je compte poster deux fois avec Sylvia (celle-ci et pendant qu'on sera dans les couloirs de la Chancellerie) puis Numéro 7 prendra le relais.


Dernière édition par Sylvia Leloup le Jeu 3 Juil - 20:53, édité 1 fois
avatar
Sylvia Leloup
Admin

Messages : 91
Date d'inscription : 25/04/2014

http://dracobellat.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Où une non-séide reçoit l'immeeeense privilège d'accéder à la face cachée du Louvre

Message par Karen Walker le Jeu 3 Juil - 20:48

Le 2 juillet au soir, c'était Julien qui devait chercher les filles à l'école après l'un de leurs derniers jours de classe. J'étais donc au travail, beaucoup plus préoccupée par un gros contrat que je devais obtenir que par mon organisation familiale.
Quand mon téléphone portable bipa, aux alentours de 16h, je commençai à songer qu'il se passait quelque chose. Julien m'avait envoyé un message :
Urgence au boulot
Tu peux chercher les filles?
Merci
Love
Après avoir envisagé une réponse énervée, du genre "moi aussi je bosse, figure-toi", j'appelai l'un de mes collègues, qui travaillait à deux bureaux d'intervalle du mien dans l'open space que nous partagions.
-Seb? Tu es occupé, là?
L'intéressé, un homme de mon âge plus sympa que la moyenne de mes collègues, se tourna vers moi:
-Oui, pourquoi?
-Tu as entendu parler du contrat avec Green Processor? Il faut finaliser le dossier et l'envoyer avant demain soir!
-Oui, j'ai bossé dessus la semaine dernière, pourquoi? fit Seb avec un air surpris. Ce n'est pas toi qui...
-Si, soupirai-je. J'ai quasiment terminé, mais je dois chercher mes filles à l'école en urgence!
-Quand ça? s'enquit mon collègue.
Je regardai l'heure sur mon portable. 16h 07.
-Étant donné qu'elles finissent à quatre heures vingt, maintenant. Tu veux bien compléter la partie 4 et vérifier mes schémas, s'il te plaît? Je relirai le tout demain matin! Je suis vraiment désolée, mais mon mari a un problème à son travail et c'est moi qui dois y aller...
Seb soupira, mais rejoignit tout de même mon poste de travail et se plongea dans les graphiques et les minuscules lignes de texte à l'écran.
-Et le dossier Green Processor, c'est pas une urgence? lança-t-il. Tu devrais dire à ton mari que toi aussi, tu as des priorités...
-Je sais, Seb, fis-je en attrapant mon sac.
Je supposais juste que les priorités de Julien, à l'Organisation, étaient plus urgentes que les miennes. Et les maîtresses des filles allaient m'en vouloir de les faire attendre.
Après un gros quart d'heure de métro, j'arrivai à l'école maternelle. Bien sûr, j'étais presque la dernière.
Le soir, Julien rentra tard.
-Je prends l'avion pour l'Australie demain matin à six heures, déclara-t-il, l'air déjà fatigué. On a un gros problème : des élémentaux ont atterri là-bas, sans doute via un portail, et ils mangent les objets en caoutchouc.
Je ne pus m'empêcher de rire en imaginant une bestiole de la taille d'un rat en train de manger un gros morceau de plastique.
-Ce n'est absolument pas drôle, soupira Julien. Il faut qu'on limite leur dispersion le plus vite possible! Les gens normaux et même les autorités commencent à se poser des questions, et la détérioration de matériel peut être dangereuse...
-Donc tu pars, pour longtemps je suppose, à l'autre bout du monde, comment souvent... résumai-je.
Mon mari hocha la tête.
-Si je t'en parle, c'est aussi parce que tu vas sans doute être mêlée à tout ça, ajouta-t-il.
-Moi? sursautai-je. Mais pourquoi?
Je n'étais pas chevalier. Je n'avais aucun pouvoir, et je n'étais même pas censée savoir que l'Organisation existait... Que venais-je faire dans cette histoire?
-Blandine a proposé de t'impliquer dans la partie informatique de la mission, et j'ai appuyé sa suggestion. Tu as rendez-vous demain matin au Louvre.
J'étais complètement abasourdie. Je ne savais pas si je devais être heureuse ou terrorisée. J'avais toujours rêvé de découvrir l'Organisation de plus près que le peu que j'avais vu ou que ce que Julien m'en décrivait, mais cela me paraissait irréel, un peu comme si je devais rencontrer le Père Noël.

Le lendemain matin, après avoir mal dormi, entendu Julien qui se levait à cinq heures pour prendre son avion, m'être rendormie, et avoir déposé les filles à l'école pour leur dernier jour de classe, je me rendis au musée du Louvre. J'avais appelé mon entreprise pour dire que je terminerais le contrat Green Processor dans l'après-midi.
Julien m'avait dit de me rendre près de la statue de Milon de Crotone. Quelqu'un m'y attendrait.
-Bonjour Mme Walker, m'accueillit une jeune femme qui portait au cou une médaille de chevalier.
Je savais que je l'avais déjà vue un jour quelque part. Mmmh... Mais oui, avec les filles, dans la section égyptienne!
-Bonjour! souris-je. Vous êtes Sylvia, c'est ça?
Je la suivis dans les galeries du musée, au-delà d'un écriteau qui interdisait l'accès du passage au public.
Mon appréhension n'avait pas totalement disparu. Je me rappelais la première -et seule- fois que j'étais venue ici, avant mon mariage... Et je me demandais un peu où j'allais atterrir.
avatar
Karen Walker

Messages : 82
Date d'inscription : 01/05/2014
Age : 24

Revenir en haut Aller en bas

Re: Où une non-séide reçoit l'immeeeense privilège d'accéder à la face cachée du Louvre

Message par Sylvia Leloup le Dim 6 Juil - 5:00

Mon interlocutrice me rendit mon sourire:
- Bonjour!  Vous êtes Sylvia, c'est ça?
Je répondis par l'affirmative.  Une fois arrivées devant l'entrée de la Chancellerie je prononçai le mot de passe de la semaine: phénix, et je me réjouis que Karen n'ait pas eu à venir la semaine précédente parce que bien que toujours dans l'univers Potterien le mot de passe d'alors faisait un peu moins rêver: citron sorbet.  La porte dérobée s'ouvrit et bientôt nous étions arrivées dans la partie immergée de l'iceberg.  Maintenant que nous étions entourées exclusivement de membres de l'Organisation et que ce que je disais ne risquerait pas de tomber dans des oreilles indiscrètes, je repris la conversation.
- On m'a chargée de vous conduire jusqu'au bureau de Numéro 7 puisque votre mari est parti en Australie.  C'est elle qui vous expliquera la mission.
Je me tus, puis me rappelai que cette femme à qui je donnais une trentaine d'années venait d'être bousculée presque dans une dimension parallèle.  Il y avait de quoi avoir le tournis.  Je me souvenais de mon entrée alors que j'avais douze ans, j'avais failli tomber de ma chaise tellement j'avais été étonnée!  Alors si en plus on m'avait annoncé que je venais d'être chargée d'une mission qui commençait le lendemain...
- Je suis désolée, je suis tellement habituée à l'Organisation que je ne réfléchis même pas au fait que vous venez d'être mise au courant et tout...  Est-ce que votre mari vous a déjà expliqué comment l'Organisation fonctionnait dans les grandes lignes?  Parce que j'imagine que ça a dû vous faire un choc quand vous l'avez appris.
Elle me répondit que oui et je hochai la tête.  Au moins Julien ne la laissait pas débarquer sans lui donner un minimum d'informations nécessaires pour comprendre dans quoi elle tombait.  Bientôt nous arrivions en vue de la porte du bureau de la chancelière.  Mon walkie-talkie grésilla:
- Sylvia, on a un pépin à la boutique de souvenirs, tu veux bien venir me remplacer un instant?
Vacances oblige, une bonne partie du personnel était absent, ce qui expliquait qu'on demande ma présence à la boutique de souvenirs alors que j'étais guide.  Je répondis:
- Je ne peux pas là tout de suite, j'arrive dès que je peux.
puis je raccrochai l'appareil à ma ceinture puis me tournai vers Karen:
- Je suis désolée, il y a de forts risques que je ne puisse pas vous raccompagner après votre entretien avec Numéro 7.  Officiellement je suis pendant mes heures de travail au Louvre donc je ne peux pas m'éterniser dans la chancellerie.
Une fois arrivées devant la porte du bureau je frappai.  Presque aussitôt la voix de Numéro 7 répondit et j'ouvris.  Je m'excusai rapidement de devoir partir et m'éloignai vers la surface du Louvre pour aller voir ce qu'était ce "pépin" à la boutique de souvenirs.
avatar
Sylvia Leloup
Admin

Messages : 91
Date d'inscription : 25/04/2014

http://dracobellat.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Où une non-séide reçoit l'immeeeense privilège d'accéder à la face cachée du Louvre

Message par Karen Walker le Sam 19 Juil - 8:46

-Phénix! lança ma guide.
Nous entrâmes dans les locaux de l'Organisation. Mon souvenir de ce qu'il y avait de l'autre côté était très vague et très limité, mais mes souvenirs ressurgirent en flots lorsque je vis la porte, puis les murs, puis d'autres portes, et des gens qui portaient au cou une médaille dorée et passaient dans les couloirs sans trop nous prêter attention.
- On m'a chargée de vous conduire jusqu'au bureau de Numéro 7 puisque votre mari est parti en Australie, commenta Sylvia. C'est elle qui vous expliquera la mission.
Waouh. Julien parlait de Numéro 7 de temps en temps, mais entendre le nom de code du dirigeant de la chancellerie dans la bouche de quelqu'un d'autre donnait à l'Organisation un côté beaucoup plus concret. C'était un peu comme si une feuille de papier avait soudain laissé place à un monde en trois dimensions.
- Je suis désolée, je suis tellement habituée à l'Organisation que je ne réfléchis même pas au fait que vous venez d'être mise au courant et tout...  Est-ce que votre mari vous a déjà expliqué comment l'Organisation fonctionnait dans les grandes lignes?  Parce que j'imagine que ça a dû vous faire un choc quand vous l'avez appris.
J'acquiesçai. Oui, mon mari m'avait parlé de l'Organisation. C'était la stricte vérité, même si je ne tenais pas à dévoiler qu'il ne l'avait pas fait quelques heures, mais quelques années plus tôt. Et oui, cela m'avait fait un choc. J'éprouvai un bref instant de soulagement en constatant que Sylvia ne m'interrogeait pas trop longtemps, mais il ne dura pas. Pour le moment, j'étais trop bouche bée, comme un enfant qui visiterait le musée du jouet et découvrirait que les poupées parlent pour de vrai, pour penser à quoi que ce soit : les bureaux ou les salles que je devinais derrière les portes m'évoquaient ce que j'avais toujours imaginé, un croisement entre la CIA et une école de magie.
Sylvia échangea quelques mots dans son talkie-walkie, puis m'annonça:
- Je suis désolée, il y a de forts risques que je ne puisse pas vous raccompagner après votre entretien avec Numéro 7.  Officiellement je suis pendant mes heures de travail au Louvre donc je ne peux pas m'éterniser dans la chancellerie.
-Bien sûr, souris-je. Merci de m'avoir accueillie.
La jeune femme frappa à la porte d'un bureau avant de prendre congé, me laissant seule face à une femme au visage neutre, aux cheveux brun foncé parsemés de quelques mèches grises. Je lui donnais, à première vue, une grosse quarantaine d'années. Même sans savoir que j'allais rencontrer Numéro 7, j'aurais su que je me trouvais face à quelqu'un d'important : son regard dégageait un magnétisme presque palpable, comme si elle lisait en moi. C'était sans doute le cas, d'ailleurs, mais étrangement, je ne ressentais aucune appréhension.
Je n'envisageai même pas de la saluer, ou de me présenter : c'était inutile. J'attendis donc que la dirigeante de la chancellerie du Louvre, patronne non officielle de mon mari, m'adresse la parole.
avatar
Karen Walker

Messages : 82
Date d'inscription : 01/05/2014
Age : 24

Revenir en haut Aller en bas

Re: Où une non-séide reçoit l'immeeeense privilège d'accéder à la face cachée du Louvre

Message par Numéro 7 le Mer 28 Jan - 6:25

HRP:
Ceci est la poursuite d’un rp commencé dans le cadre de l’event d’été. A priori il n’a donc plus de raison d’être, mais il serait temps d’officialiser la connaissance de l’Organisation de Karen. Wink

Il y avait maintenant trois jours que la zone était en état d’alerte (et pas uniquement la zone 7: toutes les zones l’étaient).  L’Oeil, déjà d’ordinaire si actif, s’était métamorphosé en une ruche géante (ou plutôt une fourmilière vu sa localisation souterraine) et il n’était pas rare de voir un séide téléphoner à un collègue au bout du monde tout en répondant à un mail d’un autre séide et en vérifiant les dernières informations arrivées à propos de la localisation d’un éventuel portail.  Bien évidemment Numéro 7 n’échappait pas à la règle et même si bien sûr elle n’allait pas elle-même chercher les informations sur le terrain, elle collectait quand même tout ce qui arrivait à l’Oeil et cherchait une piste dans cette montagne d’information qu’on lui envoyait afin de diriger les recherches dans un coin ou l'autre.  Malheureusement il n’y avait jusqu’ici que des « RAS dans la zone près du point x » et aucun « portail trouvé à l’endroit y ».  Si ces trois derniers jours elle avait cumulé l’équivalent d’une nuit de sommeil c’était beaucoup, pourtant la fatigue n’avait aucune emprise sur la chancelière, que ce soit dû à un métabolisme renforcé par sa détermination, à un pouvoir caché du Strom ou encore à la consommation de café.
Quoi qu’il en soit, Numéro 7 était pour le moment en train de lire le rapport d’un séide portugais (rapport rédigé dans la langue maternelle de l’expéditeur et nécessitant ses qualités de polyglotte) quand on frappa à la porte de son bureau.  Un rapide coup d’oeil à l’horloge murale accrochée à côté de son bureau permit à la chancelière de supposer l’identité de la personne qui frappait.  Supposition confirmée quand la porte s’ouvrit sur une femme vêtue d’une veste en jeans au cou de laquelle aucune médaille de Saint-Georges ne pendait.  Après que la porte se soit refermée sur la jeune guide chargée d’accompagner Mme Walker jusqu’au bureau de Numéro 7, celle-ci se leva et tendit la main vers la visiteuse en l’accueillant:

- Bonjour Mme Walker.

Puis, désignant le siège qui lui faisait face, elle poursuivit:

- Asseyez-vous je vous prie. Je ne sais pas si votre mari a eu l’occasion de vous mettre au courant des détails de l’Organisation ou si vous avez un million de questions.

Alors que son interlocutrice lui répondait par l’affirmative, Numéro 7 capta un souvenir qui lui revenait et comprit que sa connaissance de l’Organisation était antérieure à cet été.  En temps normal ce genre de situations aurait entraîné son effacement, et peut-être celui de son mari, mais elle n’avait rien laissé filtrer et dans ce cas précis c’était un avantage qu’elle connaisse les bases du monde de l’Insolite.  Mieux valait qu’elle soit familiarisée avec le concept, ça lui éviterait d’ouvrir de grands yeux devant chaque nouveauté et de se concentrer sur l’essentiel.  Tournant l’écran de son ordinateur pour illustrer ses explications, la dirigeante de la zone 7 entra dans le vif du sujet.

- Comme on a dû vous le dire, nous sommes confrontés à un problème de taille puisque des élémentaux sont apparus brusquement en Australie et se nourrissent de caoutchouc.  Leur progression est chaotique et incontrôlable, et impossible de repérer d’où ils viennent.  Des équipes de séides effectuent des recherches sur place, soutenues par l’Oeil de chaque Commanderie, mais même ainsi nous ne pouvons pas être pleinement efficaces.  Une équipe d’informaticiens a élaboré un logiciel capable d’analyser les données stockées sur un serveur qui permettent d’identifier la présence de ces élémentaux.  Il peut s’agir de rapports de dégâts sur une structure en caoutchouc dans la banque de données d’assurances, du signalement d’un courant d'air suspect alors que deux mètres plus loin il n’y a pas de vent…  Seulement pour être efficace, ce logiciel dont être diffusé.  C’est là que nous avons besoin de vous.  Grâce à votre métier, vous pourriez joindre ce logiciel à ceux que vous vendez partout dans le monde, et ainsi nous aider dans nos recherches.

Marquant une pause, tant pour reprendre son souffle que pour laisser son interlocutrice réfléchir, Numéro 7 se tût un moment avant de continuer.

- Je me doute que vous n’avez pas forcément envie de « refiler » un logiciel-espion à vos clients, mais je peux vous assurer qu’il n’en sera fait aucun usage malhonnête, qu’il ne prendra pas de place sur le disque dur et qu’il sera supprimé une fois que l’invasion de ces élémentaux sera enrayée.

Cette fois la chancelière se tût pour de bon.  Elle avait exposé la situation et la balle était dans le camp de Karen Walker.  Si elle refusait, il faudrait trouver une autre solution…mais Numéro 7 avait l’espoir qu’il ne faudrait pas en arriver là.
avatar
Numéro 7

Messages : 4
Date d'inscription : 30/06/2014

Revenir en haut Aller en bas

Re: Où une non-séide reçoit l'immeeeense privilège d'accéder à la face cachée du Louvre

Message par Karen Walker le Jeu 29 Jan - 6:22

- Asseyez-vous je vous prie, commença Numéro 7. Je ne sais pas si votre mari a eu l’occasion de vous mettre au courant des détails de l’Organisation ou si vous avez un million de questions.
Je m'assis, face à elle, sans parvenir à effacer totalement le fait qu'elle m'impressionnait.
-Je suis au courant, répondis-je simplement.
Je ne précisai pas depuis combien de temps. Je n'aimais pas mentir, même pas omission, mais je ne voulais pas que mon mari soit inquiété. Et ce n'était pas le moment : l'Organisation avait d'autres priorités dans l'immédiat.
-Si j'ai des questions, je les poserai au fur et à mesure, si vous me le permettez, ajoutai-je.
Je songeai qu'au cours des dernières années, j'avais déjà eu l'occasion d'en poser un million à Julien, au moins depuis notre mariage, de toute manière.
- Comme on a dû vous le dire, reprit la chancelière, nous sommes confrontés à un problème de taille puisque des élémentaux sont apparus brusquement en Australie et se nourrissent de caoutchouc.
Julien m'avait exposé le problème, et j'imaginais l'ampleur des dégâts que de telles créatures pouvaient causer. Je hochai la tête tout en regardant les photos et les cartes sur l'écran de Numéro 7.
-Une équipe d’informaticiens a élaboré un logiciel capable d’analyser les données stockées sur un serveur qui permettent d’identifier la présence de ces élémentaux.  Il peut s’agir de rapports de dégâts sur une structure en caoutchouc dans la banque de données d’assurances, du signalement d’un courant d'air suspect alors que deux mètres plus loin il n’y a pas de vent…  Seulement pour être efficace, ce logiciel dont être diffusé.  C’est là que nous avons besoin de vous.  Grâce à votre métier, vous pourriez joindre ce logiciel à ceux que vous vendez partout dans le monde, et ainsi nous aider dans nos recherches.
L'Organisation avait bien choisi son associée pour cette mission. L'entreprise pour laquelle je travaillais avait un rayonnement international, et diffusait ses produits un peu partout dans le monde, notamment en Australie. Il était tout à fait envisageable de passer par ce biais pour diffuser un logiciel secret, exactement comme les services marketing de certaines multinationales inséraient dans leurs produits des puces de géolocalisation.
Je pris soudain conscience que j'étais déjà en train d'évaluer la faisabilité du projet, comme lorsqu'un client ordinaire me demandait une étude de coût : durée du projet, estimation de résultat, impact commercial... Enfin, pas tout à fait "commercial", dans le cas présent. Mon cerveau se projetait déjà dans la tâche à accomplir.
- Je me doute que vous n’avez pas forcément envie de « refiler » un logiciel-espion à vos clients, poursuivit la chancelière, mais je peux vous assurer qu’il n’en sera fait aucun usage malhonnête, qu’il ne prendra pas de place sur le disque dur et qu’il sera supprimé une fois que l’invasion de ces élémentaux sera enrayée.
-Je vous fais confiance, répondis-je simplement.
C'était vrai. Je faisais confiance à la Confrérie, et je lui faisais confiance, à elle. Je ne doutais pas qu'elle allait tenir ses promesses sur ce point.
-Combien de place prend votre logiciel, sur un support numérique? Il n'est pas trop lourd, j'espère? Et ce sera à moi de l'intégrer aux logiciels que mon entreprise va vendre en Australie, je suppose...
Je pensai tout à coup que trois de mes collègues participaient à un appel d'offre pour équiper tous les postes de l'administration australienne avec un nouveau système d'exploitation plus performant que le précédent. S'ils obtenaient cet appel d'offre, je pourrais insérer le logiciel au système, et il serait déployé sur place, à grande échelle, dans quelques semaines. Ce projet tombait à pic. Seul bémol, nous n'étions pas certains d'être choisis, et la concurrence était rude dans cette affaire...
-J'ai peut-être un moyen de diffuser votre logiciel rapidement, mais je n'en suis pas sûre pour le moment, annonçai-je à la chancelière.
Je lui exposai la tâche de mes collègues et les critères de l'appel d'offre avec autant de précision que possible.
avatar
Karen Walker

Messages : 82
Date d'inscription : 01/05/2014
Age : 24

Revenir en haut Aller en bas

Re: Où une non-séide reçoit l'immeeeense privilège d'accéder à la face cachée du Louvre

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum